Divers

Un petit mot sur la Veme République

Posté le 03 mars 2012 sur astropopote ancienne version

Comment le thème de la cinquième République (Vierge ascendant Gémeaux) situe-t-il la France dans les cycles mondiaux (merci à astromail pour le thème monté ci-dessous) ?

(Version Astrothème : ici)

Pour le choix de la date, et une exploration plus poussée de cette Ve République, je renvoie aux travaux d’André Barbault (ici) et de Charles Ridoux (ici).

Le petit tour d’horizon ci-dessous est d’ambition modeste : dessiner à gros traits l’impact des cycles les plus lents sur la Ve République. Il s’agit donc plus de saisir les grandes lignes évolutives de fond que prognostiquer du factuel.

La Ve République et les cycles mondiaux

Par rapport à Pluton (cycle de… 248 ans) et à la crise de 2008 (ici)

Au travers sa Veme République, la France se prépare à ce cette phase historique profonde depuis grosso-modo mars 2005, plus nettement décembre 2005, après une secousse souterraine de ses structures en 2003-2004 (infos bienvenues). Cette mutation est une première dans son histoire.

De quoi s’agit-il ? D’une purge radicale et potentiellement destructrice ou auto-destructrice de ses ombres relationnelles. Depuis  2005-2006 (et il y en a pour des années. 2024 ?) tout ce qui ne va pas (mensonges, injustices, trahisons, etc), tant dans ses relations internes qu’externes, ne peut que sortir au grand jour… Plus ou moins vite, certes (Pluton est lent), mais inexorablement… (Ainsi par exemple de l’affaire Karachi, touchant à la fois à ses relations extérieures et intérieures : ici).

Si en 2009-2010, il n’y avait pas de collusion directe entre les racines plutoniennes de cette République et la crise que traverse le monde, les choses changent depuis décembre 2010 : toute l’année 2011 (accents en janvier, puis entre juin et novembre), le soleil  de cette France – soit son identité, son rayonnement, sa reconnaissance, sa créativité, sa fierté, son luxe, sa joie…et sa vitalité… – est directement mis au défi d’une régénération radicale, en rapport avec ses racines historiques, entre autres avec sa rationalité et/ou l’étroitesse de son « rationalisme » et ses ancrages techniques… Plus mystérieusement aussi avec les causes historiques de sa fondation (il faudrait là, revenir aux années 50).

Note du 05/03/12 : cela a était fait en partie par François Asselineau, candidat à la présidentielle absolument écarté des médias dominants à l’occasion de son lancement de campagne présidentielle 2012.  A écouter : ici (Plusieurs vidéos certes, mais une vraie leçon politique de démocratie concrètement assumée). + Textes : ici

 Par rapport à Neptune (165 ans) et au « passage » qu’il nous impose (ici

En 2008 ce n’est pas ce cycle à l’origine de la crise qui la touche, mais un autre, plus sournois. Depuis 2008, cette République est sommée d’intégrer dans sa politique (interne et externe) son « rêve » intime (c’est l’un de ses points forts) : rayonner des formes inspirantes de paix, de souplesse, de beauté et d’amour. En même temps que démarrait la « crise », son champs politique ainsi que ses ambitions étaient donc appelées à « s’ouvrir » à une cause plus globale que les leurs et à promouvoir une unification générale (entre « haut » et « bas » de l’échelle par exemple) et le sont toujours (il y en a là aussi pour des années). Or ceci ne peut pas se faire sans dissolution de son propre égo, sans ouverture à une forme ou une autre de transcendance, bref sans « dissolution » d’un ancien Moi social. Il s’agit, là aussi, d’une première. Or, à la dissolution de soi, on peut toujours résister, soit par le durcissement (Saturne), soit par le déni (Neptune).

Quoi qu’il en soit, ce processus lent ne peut, depuis 2011, que soumettre cette République à des pertes d’illusions quant à ce qu’elle est et quant à ce qu’est vraiment le monde… Ce qui implique une certaine confusion sociale, politique et idéologique.

Ce processus va, dès février 2012 (toute l’année avec quelques rappels en 2013) probablement semer le trouble et la confusion dans ses désirs, son orientation, son activité et ses capacités de conquête (et tout ce qui concerne le sang : armées, armes, collectes de sang, recherche sur…). Cela pourra se traduire par une perte « d’immunité », ou une relance de sa capacité à diffuser du « rêve » (regain des « idéalismes », rayonnement de formes artistiques fluides, dénis de réalité au nom d’une « confiance » en une forme ou une autre de Providence, sécrétion d’illusions…). Dans tous les cas, il sera fort difficile d’y voir clair quant à la direction à prendre. 

Par rapport à Uranus et au renouveau de 2011 (cycle de 84 ans : ici et ici)

Depuis 2009, cette République est, par ailleurs secouée dans son engagement avec d’autres autour de projets d’avant-garde. Un besoin de liberté secoue ses vieilles alliances (internes et externes) et son sens de l’avenir. (Il y en a là aussi pour des années).

De mai 2010 à mars 2011, puis encore de novembre 2011 à février 2012, ce sont essentiellement la parole, la pensée et toutes les formes de communication (médias, Internet etc) qui sont « électrisées », « agacées », « titillées » par cette soif.

Surtout, après une secousse vers juin-juillet 2011, c’est, dès mars avril 2012, puis encore d’octobre 2012 à février 2013, un vrai défi à sa créativité, à son sens de « soi », à son goût pour la courtoisie et le rayonnement de son savoir vivre qui lui est posé. Si toute cette sphère vitale a été sommée de se purger de ses ombres en 2011 (donc à les « montrer »), comment, sur cette base, cette Veme République peut-elle renouveler ses perspectives sans se renier soi et vice-versa… 

Première synthèse

Les trois domaines touchés par les lents processus cycliques mondiaux (la place et le politique + purge relationnelle + ouverture + renouveau des alliances et des projets d’avenir) se recoupent sur la question de la place et du lien de cette république avec le monde, mais aussi sur celle de la place qu’elle accorde à chacun et des liens qu’elle permet en son sein…

Le tout pourrait bien, tout bonnement, en remettre les principes de cette Vème République en cause

***

La Ve République et les cycles « classiques »

A ce fond relationnel et situationnel (interne et externe), profondément secoué, qu’ajoutent les autres cycles historiques « classiques », plus courts et plus concrets    ? 

Saturne (30 ans)

En 2002-2003, la Veme République entame un nouveau cycle de 30 ans. Une rédéfinition d’elle-même et une invitation à quitter l’ancien pour le nouveau a cherché à faire basculer la Ve République dans une ère nouvelle. Aussi ne doit-on pas considérer ce qui s’est passé au cours des éléctions de 2002 à la légère. Elles ont été le coup d’envoi d’une renaissance… ou d’un avortement de cette Veme République.

Quelles ont ensuite été les phases clefs (soulignées) de ce nouveau cycle de 30 ans ?

1) L’ancrage et la « mise en racine » de cette renaissance ou de cet avortement se sont joués entre la fin 2006 et le début ou la mi 2009 : soit avec l’élection de Nicolas Sarkozy. 09/03/12 : mais aussi avec la fondation du parti politique de François Asselineau : son programme écrit par un membre du site Les moutons enragés.

2) De grosso modo, mi 2009 à la fin 2012 ce cycle pousse ensuite cette Veme République à recadrer sa façon de s’exprimer pour mettre en valeur les fruits de la « mise en racine » de sa relance de 2002 (soit de sa renaissance ou de son avortement)

Dans ce contexte, novembre 2011, puis avril à août 2012, lui donnent l’occasion, de donner un « cadre » plus clair soit à sa renaissance, soit à son avortement… 

Pour ma part, je n’ai rien vu de bien brillant en novembre (contributions bienvenues)… Surtout, je constate une dérive politico médiatique généralisée de la campagne présidentielle dans les « petites phrases » et des « effets d’annonce » qui semblent plus préoccupés de leur impact sur l’opinion (si ce n’est sur l’adversaire) qu’ancrés dans un projet cohérent. Si c’est la l’expression de la mise « mise en racine » du renouveau de 2002, qu’en déduire sur la nature de ce renouveau et la qualité de son enracinement  ?

Cela dit, cette phase et l’accent mis par Neptune (février 2012) sur sa capacité à diffuser du rêve (voir plus haut) peuvent se renforcer l’une l’autre. De facto, à l’heure où j’écris ces lignes, je ne peux que relier le soudain rayonnement (international) de sa production cinématographique (The Artist, Omar Sy…), à ce double accent. Quelles formes et quels contenus sont ainsi valorisés ? (Si l’on s’en tient à « The artist » : une nostalgie des années 30 et une difficulté à faire face à l’innovation technique et au changement d’époque ? Si l’on se réfère aux « intouchables » : une classe dominante handicapée sauvée par ses classes dominées ? Une réunification donc…)

3) L’étape suivante du cycle de 2002, est une étape d’auto-critique, qui, de novembre 2012 à 2017imposera à la Veme république une période d’humilité. Une occasion de se réformer en tirant la leçon de tous ses « ratés » depuis 2002, et accédant ainsi à une plus grande lucidité quant à son rapport au monde et à soi, de se repositionner (tant vis à vis du monde que dans ses fonctionnements internes ) ? Ou un humiliant « retour de bâton » ?… (Elle a traversé une période similaire entre 1983 et 1988, mais dans un contexte cyclique très différent)…  

Jupiter et le noeud nord (12 et 19 ans)

Or, concernant ses relations internationales et sa représentation de sa place, de sa justice et de ce qui fait d’elle une « société », la Ve République est, disons, « à bout de souffle » depuis l’été 2011, en train de récolter les fruits bons et mauvais de sa politique et de sa mentalité des 12 dernières années. En phase de bilan jusqu’au printemps 2013, il lui faut tourner une page sur le passé et faire le point sur ce qu’elle veut ou peut (ou non) pour son avenir en vu de « rajeunir » et régénérer le visage de ses relations internes et externes.

Cette période (juillet 2011, printemps 2013) va recouper celle de l’humilité (phase 3 ci-dessus) dès novembre 2012, ce qui suggère un moment particulièrement « fatigué » ou « coincé »…

***

Conclusion

En synthétisant tous ces cycles on peut affirmer que la France telle que véhiculée par sa Ve République est durant la période 2005-2013 « travaillée » dans son identité  et sa place, ce qui, depuis 2011 et jusqu’en 2013, la met  le cul entre deux chaises.

On peut donc sérieusement envisager une « fin » de la Ve République d’ici le printemps 2013.
Mais si rien ne bouge
à son propos, on peut tout  aussi bien imaginer la France s’enliser dans les vieilles habitudes de cette Veme République, tout du moins dans les « plis » pris depuis 2002, pour (au moins) une bonne décennie. (Avec, quoi qu’il en soit, une assez longue période – 2012-2017- de « réajustement de soi »).

Il serait, bien sûr, possible d’affiner cette lecture sommaire avec d’autres cycles.  Mais je m’arrête là.

***

Thème d’Emmanuel Macro élu à la présidence de la République le 07/05/17

Un petit mot sur la Veme République

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

The maximum upload file size: 512 Mo. You can upload: image, audio, video, document, spreadsheet, interactive, text, archive, code, other. Links to YouTube, Facebook, Twitter and other services inserted in the comment text will be automatically embedded.