• Du bon usage d'Astropopote

    Du bon usage des cycles lunaires du mois

       « Lorsque la lune est pleine, elle est pleine pour tous les habitants de la Terre » (Ilia Consolo, Le calendrier lunaire et astrologique de I.C. 2001. La Lyre étoilée Editions) Voici trois métaphores pour bien utiliser les cycles de la lunaison. 1-La métaphore de  la « trotteuse » Parmi les différentes approches possibles, Astropopote choisit de considérer les lunaisons comme étant la « trotteuse » de l’horloge cosmique.  Sur son cadran composé des 12 signes du zodiaque, circulent près de 45 cycles que l’on peut comparer à autant d’aiguilles marquant les « heures ». Nos horloges traditionnelles ne « sonnent » midi que lorsque la trotteuse rejoint les deux autres aiguilles. Il en est de même pour l’horloge cosmique…

  • Du bon usage d'Astropopote

    Du bon usage des infos "emboitées" d’Astropopote

    Tous droits réservés. Merci de citer vos sources. Les deux postulats de départ déduits de l’observation. Comme précédemment rappelé, c’est le rapport observé et pensé entre le repère temporel qu’offrent les mouvements planétaires et le vécu de l’Homme qui fonde toute forme d’astrologie. Autrement dit, toutes ses données sont spatio-temporelles.   Donc relatives dirait Einstein… EN EFFET : Le cosmos impose des rythmes à l’Homme. Exemple. Midi c’est midi : c’est un fait imposé à l’Homme par le cosmos (rythme du jour). A ce titre l’Homme n’a aucun choix. Il en est ainsi pour toutes les « heures » sonnées par les cycles planétaires. L’homme traduit ces rythmes sous des formes sociales, historiques, collectives.…

  • Du bon usage d'Astropopote

    Pour commencer qu’est-ce que l’astrologie ?

    Tous droits réservés. Merci de citer vos sources.  Pour commencer, qu’est-ce que l’astrologie ? Toutes les cultures du monde ont tiré parti de ce qu’elles observaient du ciel (rythmes, jour, nuit, astres, étoiles,  planètes, éclipses, etc) à leur manière. D’où un ensemble de traditions (chinoise, occidentales, arabe, etc.), ayant chacune leurs présupposés, leurs postulats et leurs croyances propres, ainsi qu’un sens singulier du rythme du temps, ou calendrier.   Certaines donnent la priorité aux rythmes lunaires (mensuels), d’autres au rythme solaire (annuel). Chacune donne la priorité à tel ou tel cycle, à tel ou tel rythme, à tels ou tels éléments, à tel ou tel symbolisme, etc., selon ses racines culturelles particulières. Racines aux fondations…